• Débats / Littérature

LES DÉBATS RENAISSANCE : "La communauté politique des « tous uns »"

Les débats Citéphilo

Palais des Beaux Arts

9 nov 2015

17h00 > 19h00
Organisé par : Citéphilo

C’est toujours dans les périodes sombres ou les contextes difficiles que doit luire le « principe espérance ». Mais, afin de ne pas trop dénier la réalité, il faut trouver au sein de celle-ci les braises sur lesquelles souffler, les étincelles à rassembler. Voyons-nous des linéaments de renaissance autour de nous ?
- « Renaissance » résonne avec résistance et résilience. Il faut donc préciser à quoi nous résistons, identifier le malaise français depuis le 7 janvier 2015.

Mais la Renaissance aujourd’hui, c’est, comme en Italie ou en France aux 15 – 16e siècles, une redécouverte du passé prestigieux de l’Antiquité. Un nouvel « humanisme », diton. Mais à condition l’on ne répète pas les gestes du passé. Comme pour Nietzsche, la Renaissance est moins représentée par les érudits que par les artistes, les poètes et les philosophes qui mettaient en avant la « bonne santé » et la virtù : courage politique et « virtuosité des inventions ou des décision. Quelles qualités, quelles attitudes attend-on des politiques et des éducateurs ?
La thèse du déclin étant la pente facile empruntée par des polémistes et des penseurs souvent douteux, il faut résister à ces sirènes. Mais pas, comme on le fait souvent « en tordant le bâton dans l’autre sens ». Trouver la bonne distance entre désenchantement et volontarisme.


Lundi 9 novembre 2015
17h à 19h – Palais des Beaux Arts ou FNAC
La communauté politique des « tous uns » (entretien avec Michel Enaudeau), 2014,
Belles Lettres
Citéphilo se devait de rendre hommage à Miguel Abensour à l’occasion de la parution de son récent livre d’entretiens avec Michel Enaudeau. La philosophie de Miguel Abensour est une philosophie de la liberté qui n’esquive pas l’énigmatique moment de la servitude volontaire : étrange proximité entre le désir de liberté et le désir de servitude. La Boétie, comme Thomas More, deux auteurs de la Renaissance étudiés par Miguel Abensour, fondent, pour lui, notre rapport à l’utopie et à la démocratie, sans que l’excès de l’une soit affaibli par l’exercice vigilant de l’autre. Penseur exigeant et radical de la « démocratie insurgeante » héritée de la
Révolution française, Miguel Abensour relance la dynamique utopique confisquée ou dévalorisée aujourd’hui, tout en orientant son travail vers la communauté des « tous uns », c’est-à-dire la communauté politique dressée contre l’Un – l’Etat - qui menace son existence plurielle.


Miguel Abensour, professeur émérite de philosophie politique à l’Université Paris 7
A notamment publié : les oeuvres complètes de Saint Just 2004, Folio Histoire (préface de Miguel Abensour), La
démocratie contre l’Etat, éditions Le Félin, 2012. L’homme est un animal utopique, Sens&Tonka, 2013
Utopiques II, édition augmentée, Sens &Tonka, Paris, 2013


Michel Enaudeau, journaliste, éditeur

Modération : Jean-François Rey, professeur honoraire de philosophie, président de
l’association Philolille

  • Partager

  • adresse

    Palais des Beaux Arts
    18 Rue de Valmy, 59800 Lille, France

    horaires / accés :

    Contact :
    Tel. 00 33(0)3 20 06 78 00

    Accès :
    Métro ligne 1 arrêt République Beaux Arts
    Bus : Bus lignes 12 et 18, Citadine de Lille, Liane 1 , Liane 90.
    Taxis : gare de Lille Place Richebé
    Parking : place de la République
    Gares de Lille à 10-15 minutes à pied
    Accès aux personnes à mobilité réduite par le côté du bâtiment, boulevard de la liberté.

     

  • tarifs

    Gratuit

les villes
REnaissance
riorio
partenaires
Mentions Légales